Derniers commentaires


POLITIQUE



  • Migrations : Après l’équilibre

    Publié le jeudi 8 mars 2018

    Les migrations en cours sont un phénomène majeur qui mérite un examen réfléchi. Déjà l’arrivée massive de populations dans des zones civilisées et très peuplées est sans précédent dans l’histoire.

    En outre bien sûr la dimension émotionnelle du sujet est considérable. Raison de plus pour essayer de voir le problème avec sang-froid, notamment en évaluant la logique économique et sociologique de ces migrations.

    (Paru dans l’Incorrect N° 7 mars 2018)

    Suite



  • Quelle solidarité nationale aujourd’hui ?

    Publié le mardi 2 janvier 2018

    Le débat sur l’avenir de notre pays ne donnera de fruit que replacé dans la perspective ce que sera notre monde dans 20 ou 30 ans. Or tout converge pour nous montrer que nous vivrons de plus un plus dans un monde instable, hétérogène et non régulé. C’est ce que j’ai voulu explorer dans un livre paru l’an dernier (Guide de survie dans un monde instable, hétérogène, non régulé, Terra Mare, 2017.).

    Article paru dans La Nef Janvier 2018

    Suite...




  • Déclarations des Droits de l’Homme : petite analyse critique

    Publié le mercredi 27 décembre 2017

    S’il y a dans nos sociétés une référence qui s’affiche comme normative, fondatrice et consensuelle, c’est les Droits de l’Homme. Même si leur vogue actuelle cache mal le fait que leur fondement n’est pas très clair dans le contexte post-moderne relativiste.

    Deux déclarations ont joué un rôle majeur. L’une est celle de 1789 ; seule à avoir un rôle légal en France (complétée à cet effet par les droits sociaux de 1946). L’autre est la Déclaration universelle de 1948, seule mondiale, et la seule citée par l’Eglise. On va voir que leur inspiration est assez différente, et que la plus relativiste, la moins humaniste, est la plus ancienne, et c’est la nôtre hélas….

    Suite…



  • Migrations : une analyse économique et sociologique

    Publié le dimanche 29 octobre 2017

    Les migrations en cours sont un phénomène majeur et sans précédent qui mérite un examen réfléchi.

    Je propose ici de reprendre les principales données de ce problème, sur la base d’une analyse remarquable et dépassionnée de Paul Collier, universitaire britannique, sous l’angle économique et sociologique.

    Il s’en déduit qu’une accélération des migrations sans assimilation a des effets destructeurs sur les pays d’accueil, sans véritablement aider les pays de départ. Un effort important de reprise en main du processus s’impose donc.

    Suite…




  • Le ‘grand remplacement’ à l’épreuve des chiffres

    Publié le jeudi 7 septembre 2017

    L’Insee a publié des chiffres extrêmement intéressants (et préoccupants) sur l’origine des naissances en France. En 2016 sur 783 640 naissances plus d’une sur 5 avait au moins un des parents né hors d’Europe. Si on y ajoute ceux dont les parents sont eux mêmes d’immigration récente, on s’approche de 30%. Et le mouvement s’accélère.

    Nous allons donc vers une mutation radicale de la composition de la population. Cela vaut la peine d’y réfléchir...



  • Conservateurs : le retour

    Publié le jeudi 31 août 2017

    On parle de plus en plus en France de ce courant de pensée politique qu’on appelle conservateur – compris bien sûr au sens britannique ou américain du terme. Dans le vocabulaire politique même le mot est de plus en plus utilisé. Ce qu’on entend par là peut recouvrir des approches assez différentes ; mais on peut définir un noyau central assez caractéristique.

    Quelle peut être sa place dans le contexte politique français ?

    Suite…




  • Economie et politique

    Publié le samedi 15 juillet 2017

    Quels sont les rapports entre le politique et l’économique ?

    Conférence donnée le samedi 15 juillet 2017 à l’Université d’été de Renaissance catholique.

    A notre époque l’économie paraît dominer la scène de la vie collective. Pourtant à la réflexion la réalité est inverse : le rôle du politique dans l’économie est massif et décisif.

    C’est que le politique, responsable ultime du Bien commun d’une communauté donnée, est responsable aussi du bon ordre de l’activité économique, même de marché.

    Suite....



  • Une priorité : les législatives

    Publié le dimanche 30 avril 2017

    Je l’ai déjà fait remarquer : le premier tour des présidentielles passé, les législatives sont désormais l’enjeu principal. Or elles offriront un exercice inédit. Au lieu de deux grands coalitions droite et gauche, plus le FN sur la marge, on aura désormais 5 grands partis ou groupements de poids comparable. La plupart de leurs candidats pourront se maintenir au second tour, et c’est le premier d’entre eux qui gagnera, éventuellement avec un score faible.

    Ce qui explique la stratégie d’En marche, visant à casser les partis rivaux et notamment LR. Ce qui implique en retour pour la droite de gouvernement de rester unie, avec une priorité absolue aux législatives, et sans faire aucune concession à E. Macron.

    Voyons plus en détails…




  • Les ambigüités du vote antisystème

    Publié le mardi 11 avril 2017

    Les présidentielles en cours ont mis au centre du débat le vote antisystème. Pratiquement tous les candidats s’en réclament d’une façon ou d’une autre, à vrai dire de façon plus ou moins crédible. Ceci dit l’appellation a son sens pour plusieurs d’entre eux (Le Pen, Mélenchon, etc.), et mises en semble leurs parts de marché électoral, au vu des sondages, approchent ou dépassent les 50%. Ce qui est déjà un signal majeur du mécontent populaire et de la désillusion à l’égard de la classe politique et au-delà. Et donc d’un besoin de changement profond. En même temps évidemment ces positions antisystèmes sont loin de coïncider.

    Tout ceci conduit à augurer, quel que soit l’élu en mai, et la composition de l’Assemblée ensuite, une France assez peu gouvernable.

    Mais là n’est pas mon propos ici. Je pose plutôt la question de fond : qu’est-ce qu’être antisystème ? Voter pour des candidats qui se présentent comme tels est-il efficace et fiable pour obtenir le résultat attendu ? Que faut-il faire pour vraiment changer les choses ?

    Suite…



  • Guide de survie dans un monde instable, hétérogène et non régulé.

    Publié le vendredi 17 mars 2017

    Bienvenue dans le nouveau monde politique, militaire, économique et financier mondial

    Un nouveau livre.

    Avec une préface du général Jean-Bernard Pinatel. L’observation convergente de nombreux champs de la vie collective montre qu’on est entré dans un système mondial bien moins régulé que celui que nous avons connu encore il y a peu. Nous sentons tous que ce monde est instable, et peut aller dans des directions variées et imprévisibles. Ce qui est tout à fait nouveau. Le monde de la première mondialisation avant 1914, dominé par une Europe sûre de soi, était à sa façon considérablement plus régulé qu’aujourd’hui (même si cela ne l’a pas empêché d’exploser en 1914). Le monde d’après-guerre, polarisé par la guerre froide, vivait sous une menace permanente mais était lui aussi relativement régulé dans ce cadre. Avec la fin de l’URSS, on nous a expliqué qu’on avait trouvé dans le triomphe de la démocratie libérale, la formule, la fin de l’histoire, un ordre définitif. C’est le contraire qui s’est produit. Le monde d’aujourd’hui est de moins en moins régulé au sens vrai du terme alors même qu’il accumule les réglementations et les contraintes. Et l’interaction entre des forces qui sont plus hétérogènes et moins régulées qu autrefois y est plus grande et plus rapide que précédemment. Un monde ainsi animé par une grande agitation, aléatoire et irrégulière, est par nature instable...

    Présentation...



0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50






































pierredelauzun.com © Tous droits réservés
Besoin de réaliser votre site internet ? - Conception & réalisation du site : WIFIGENIE.NET