Derniers commentaires


Accueil > POLITIQUE > Multipolarité, bipolarité : les relations de puissance de demain

Multipolarité, bipolarité : les relations de puissance de demain


mercredi 6 mars 2019









Envoyer à un ami - Imprimer


Parler du monde de demain comme d’un monde multipolaire est devenu courant. Mais en même temps le principal rival à l’hégémonie américaine lentement déclinante est la montée spectaculaire de la Chine. Alors, bipolarité ou multipolarité ? En fait, complexité et hétérogénéité.

Un fait est clair : nous sommes dans un monde d’Etat-nations, qui restent bien le maillon central de pouvoir et de capacité à décider politiquement. Mais bien évidemment tous ces Etats sont loin d’être égaux. Non seulement en taille, richesse etc., mais surtout en capacité à agir sur les autres Etats. Pour cela un facteur essentiel est la capacité à recourir à la force ou à y résister. Et plus que jamais les Etats se différencient de façon considérable dans ce domaine. Le premier facteur de différenciation est ici le nucléaire, qui est indispensable à un pays qui veut être vraiment autonome et crée une nette hiérarchie entre eux et les autres. Mais un deuxième facteur important est la capacité à mener des combats classiques. Ce qui suppose non seulement une volonté politique, mais aussi une capacité à agir techniquement, donc une industrie d’armement et des outils techniques qui ne dépendent pas (ou pas trop) de quelqu’un d’autre.

En outre, ces facteurs varient avec le temps. La croissance quantitative et qualitative des pays encore récemment qualifiés d’émergents tend à enrichir la liste des candidats à l’autonomie. Plus encore, le fait même de cette émergence conduit à considérer notre époque comme de transition : la priorité évidente parmi les aspirants à la puissance est de développer leurs ressources, en vue de pouvoir peser un jour sur le jeu d’ensemble, mais à terme pour la plupart. On peut donc estimer que peut-être encore pour une génération au plus nous serons dans cette situation intermédiaire où les Etats-Unis garderont encore une avance relative et par là un rôle relativement prépondérant, sur des théâtres très variés, mais face à des puissances s’affirmant de plus en plus.

Peut-on tenter d’imaginer vers quel schéma on évolue progressivement ? Dans cette hiérarchisation de plus en plus nette entre les Etats, les facteurs de discrimination (nucléaire et technologies d’armement) conduisent à reconnaître un rôle majeur, à côté évidemment des Américains, à la Chine et à la Russie. Celle-ci vient de montrer de façon spectaculaire en Syrie les avantages majeurs d’une industrie d’armement techniquement autonome, en contraste frappant avec les Européens, qui même dans les cas où ils ont une fenêtre (réduite) d’intervention, dépendent de la bénédiction du grand frère d’Outre-Atlantique. Les évolutions prévisibles conduiraient à anticiper le maintien de cette autonomie dans les deux cas, et son développement dans le cas chinois, la Chine bénéficiant d’un avantage majeur sur la Russie, qui est la puissance et le dynamisme de son économie.

Alors, bipolarité sino-américaine ? Ce serait aller un peu vite en besogne. D’abord parce qu’il y a la Russie, certes poussée dans les bras des Chinois par la sottise occidentale, mais qui n’a aucune intention de se fondre dans un rôle de vassal. Mais ensuite parce que les autres candidats se pressent. L’Inde en premier lieu, qui s’est réveillée économiquement, a une capacité de créativité technologique potentiellement importante, et ne se conçoit en aucune façon comme confinée dans un rôle de puissance de second rang, y compris militaire. Surtout face à la Chine. On est déjà à quatre.

Ensuite il faut compter avec des pays moins aptes à jouer un rôle de premier rang, mais capables de se doter d’une capacité d’action militaire respectable, et que rien n’oblige à se limiter à un rôle de pur suiveur, surtout si des enjeux vitaux s’imposent à eux. Le Japon, bridé par les Etats-Unis mais techniquement capable de reconstituer une vraie puissance, et qui peut légitimement se sentir directement menacé au point de franchir le Rubicon, même nucléaire. Mais il faut aussi évoquer des puissances régionales ou des francs-tireurs moins équipés pour jouer un rôle vraiment central mais capables par leur taille et leur rôle régional de troubler le jeu établi par les plus grands. Notamment grâce au nucléaire. Ainsi l’Iran, ou le Pakistan, sans parler d’Israël. Pour être complet enfin on mentionnera un pays comme le Brésil, qui n’est pas à ce stade sur une trajectoire de vraie puissance mais pourrait ambitionner le passage dans une telle catégorie. Et la liste n’est pas limitative : pensons à l’Indonésie.

Très différent en revanche est le triste cas européen, dont plusieurs pays pourraient aspirer à jouer une rôle appréciable, mais qui pour l’instant s’orientent pour des raisons politiques à la fois sur une dépendance accrue à l’égard des Etats-Unis, et sur la poursuite d’une utopie fédérale peu crédible, notamment en matière stratégique. Mais qui sait ? Un réveil reste possible.

C’est pourquoi parler de multipolarité a pleinement son sens, mais à une double condition. D’abord qu’on n’en déduise pas une forme d’égalité même relative entre les puissances concernées, car leurs capacités resteront très différenciées. Ensuite et surtout qu’on ne voit pas là une résurgence de l’équilibre européen, que ce soit celui du XVIIIe ou celui du XIXe siècle ; car à l’époque outre que les puissances étaient moins disparates qu’aujourd’hui, les pays concernés étaient culturellement parties d’un même ensemble et leur interaction bénéficiait de siècles de pratique commune. Rien de tel désormais : les puissances qu’on a évoquées sont culturellement et politiquement très hétérogènes, et leur interaction future ne s’autorise d’aucune expérience passée. En bref, des puissances dissemblables, fondées sur des cultures différentes, cohabiteront dans un ensemble politiquement très divisé. Une multipolarité hétérogène et inégale en somme.

Multipolarité dont le terrain de jeu est d’abord et essentiellement l’Asie, qui s’affirme de plus en plus potentiellement comme le centre de gravité de la planète. Avec d’ores et déjà de multiples zones de friction, du Moyen Orient (enjeu mondial), à la zone himalayenne (avec trois puissances nucléaires) et aux Mers de Chine – orientale ou méridionale (déjà bien animées).

Voir aussi mon livre Guide de survie dans un monde instable, hétérogène, non régulé TerraMare 2017.

Article publié le 4 mars 2019 sur le site de Géopragma

http://geopragma.fr/index.php/2019/...










































pierredelauzun.com © Tous droits réservés
Besoin de réaliser votre site internet ? - Conception & réalisation du site : WIFIGENIE.NET