Derniers commentaires


Accueil > FINANCE > Crise Finance et morale

Crise Finance et morale


samedi 27 février 2010









Envoyer à un ami - Imprimer


Moraliser le capitalisme après la crise : la finance

La finance est sur la sellette. Son fonctionnement collectif, ses techniques, sa réglementation sont directement en cause. L’accusation morale joue aussi un rôle important : ce secteur avide d’argent ferait des profits démentiels en faisant supporter ses pertes par la communauté. Qu’en est-t-il vraiment ?

La crise

Rappelons cependant d’abord quelques faits sur la crise. D’abord ; c’est une bulle du crédit, pas une crise des marchés ou de la spéculation. A l’origine, on trouve des crédits hypothécaires à risque élevé, octroyés sur le marché américain et reconditionnés par des titrisations complexes, souvent dotées de notations excellentes. Des crédits : ce n’est donc pas une crise boursière. Et ce n’est pas non plus une crise spéculative : certes les opérateurs cherchaient des rémunérations rapides, mais issues de commissions, pas de positions sur les marchés. Est-ce d’ailleurs une crise de marché ? Car s’agit-il de marchés ? Sans doute au niveau du placement. Mais pas du marché secondaire, pratiquement inexistant. En fait c’était des crédits bancaires, empaquetés de façon compliquée et peu lisible sous l’étiquette de valeur mobilière, et achetés parce qu’à notation identique, le rendement était meilleur qu’avec les produits classiques. La crise en a révélé les failles : des prêts trop souvent octroyés n’importe comment par n’importe qui, des instruments illisibles ou trop compliqués, des notations peu fiables ou pas faites pour l’usage qu’on en faisait, un filtre insuffisant des professionnels qui mesuraient mal leurs risques. En outre la liquidité sur le marché secondaire s’est avérée nulle et les valorisations fondées sur le « mark to market » se sont effondrées. En bref, nous avons affaire à un pseudo-marché. Et le diagnostic est clair : des erreurs professionnelles graves, personnelles et collectives, mais qui sont en même temps des erreurs morales – ce qui est en général le cas ; on y reviendra.

S’il s’est développé, ce n’est pas seulement du fait de pratiques aberrantes, activées par des rémunérations détachées de toute considération de risque et le culte collectif de l’avidité (greed). Cela suppose aussi ce qu’il faut appeler une idéologie. Les crises du crédit, classiques en cas d’expansion monétaire, sont de loin les plus meurtrières. Mais celle-ci a été considérablement aggravée par une foi aveugle dans ce qu’on appelait en bloc le ‘marché’. Foi aveugle qui se traduit dans l’idée que le ‘marché’ trouve spontanément son organisation - alors que l’histoire prouve largement le contraire : il lui faut des règles du jeu et des arbitres. Foi aveugle qui a aussi conduit à des règles comptables affirmant imperturbablement que la meilleure valeur est celle du ‘marché’, même s’il est sporadique, mal informé et peu fiable. Le tout aggravé par des erreurs de régulation : outre un défaut de surveillance, il faut rappeler le rôle joué par des règles prudentielles (Bâle I était alors en vigueur) encourageant l’arbitrage réglementaire en faveur de l’opacité : dès qu’on sortait un actif du bilan, on économisait du capital et on échappait largement à la supervision. On laissait ainsi un no man’s land énorme proliférer, et on pinaillait sur les détails.

A quoi sert la finance

Cela remet-il en cause la finance comme telle, et notamment celle de marché ? Non. Sur ce point, rappelons en effet quelques faits simples. La finance traite du rapport entre risque et rendements et donc arbitre entre les investissements possibles, parmi dans les différents projets en lice. Il ne s’agit pas seulement d’amener l’argent là où l’espérance de gain est la plus grande, car ces différents projets présentent des risques et des chances très différents, sur lesquels les opinions varient. Il s’agit de choisir et de financer ceux qui présentent le meilleur résultat pour un certain risque qu’on accepte d’assumer. Il n’est pas question de n’assumer aucun risque, car c’est la certitude de l’immobilisme et donc un risque plus important encore. Mais pas non plus de jouer à la roulette. Et le choix varie selon le type d’argent que chacun est chargé de gérer. Face aux nombreux projets en concurrence, l’arbitrage se fait par le marché financier : le plus attirant recueille le plus de fonds, ou les paye moins cher. Cela revient au fond à un vote sur la qualité relative des projets ; avec cette différence qu’il y a une récompense (ou une punition) pour chaque choix puisque ce qui est investi (ou prêté) se trouvera en fin de course rétribué, ou perdu. Récompense qui est mesurée autant que faire se peut au fil de l’eau par le marché encore, puisque les titres représentatifs de l’opération ou du prêt sont en permanence achetés et vendus, intégrant en permanence la variété des opinions et informations : lorsqu’une action monte ou baisse, le cours de bourse est une appréciation portée sur l’évolution dans la durée du même couple risque/rendement.

Certes ce n’est pas la seule méthode de financement possible. Alternativement, la même opération de prêt ou de placement peut ou a pu être faite par une banque ou un investisseur fortuné intervenant en direct. Mais dans ce cas il n’y a pas de marché secondaire : le financier garde l’opération dans ses livres jusqu’à son terme. Il est bien vu aujourd’hui de vanter cette méthode. Mais il faut bien en voir les limites : outre que l’absence de cotation ne donne pas d’indication extérieure et notamment l’opinion de tierces personnes sur la créance considérée, il est inévitable que de telles entités (les banques notamment) soient des sociétés à risque potentiel élevé : elles doivent donc être gérées avec beaucoup de soin et sont étroitement régulées. Elles ne sauraient assumer le gros des financements nécessaires et notamment ceux en fonds propres, les plus aléatoires.

Ce n’est pas parfait, loin de là, et il faut travailler à mieux faire fonctionner ces mécanismes. Mais quoiqu’il en soit, l’activité financière est une activité indispensable au fonctionnement d’une économie décentralisée un tant soit peu évoluée. Le Compendium le dit d’ailleurs clairement (N° 368 sqq.). La seule alternative est une économie dirigée (où la décision d’investissement est prise par un processus administratif ou politique) : comme on sait elles n’ont fait la preuve ni de leur efficacité, ni de leur moralité. Cette activité est donc en soi bonne ou neutre. Mais cela n’empêche évidemment pas qu’elle puisse être immorale cas par cas, ou de façon plus systémique, selon le comportement des agents, individuel ou collectif. Avec la logique idéale de la fonction ainsi décrite, nous avons même un instrument de mesure de ce qui peut et doit être attendu des agents qui y opèrent. Cette question de la moralité se pose alors à plusieurs niveaux.

Les niveaux de la moralité

L’un, le plus immédiat, est d’ordre déontologique et vise le comportement des acteurs (en l’espèce des financiers) : la récente crise du subprime nous le conforme encore si besoin est. L’autre touche au processus de marché lui-même.

Premier niveau de responsabilité : le comportement personnel et la ‘technique’

Je prendrai ici des exemples concrets vécus, tels qu’ils se posent dans la pratique professionnelle. Dans la banque d’investissement et de marché, sans aller plus loin, l’exemple du subprime, outre la dimension technique de la chose, montre l’importance que peuvent avoir des défaillances d’ordre moral : défaut de conseil et de vigilance, excès d’avidité, absence de responsabilisation sur ce qu’on produit, vend ou conseille etc. Des produits comportant des crédits malsains, octroyés dans des conditions contestables, ont été incorporés dans des instruments de marché trop complexes et peu lisibles, notés par des agences de rating de façon légère ou parfois irresponsable, puis vendus à des investisseurs eux-mêmes aveuglés par l’appât du gain. Au-delà de toute la technologie sophistiquée, et même si les acheteurs étaient eux aussi des professionnels supposés compétents, n’a-t-on pas aussi péché, moralement, contre des exigences au fond élémentaires de juste prix et de conseil ? Notons ici un point essentiel : le lien étroit entre compétence technique et moralité. Qui ne comprend pas la technique considérée a du mal à discerner ce qui est bien ou mal. Qui ne respecte pas des règles morales ne peut être sur la durée un bon professionnel. En facteur commun bien sûr à toutes ces remarques, un ressort malsain : un appât immodéré du gain. Encore faut-il être lucide : il n’est pas le monopole des financiers. C’est un risque inhérent à tout acteur opérant dans une économie décentralisée et monétarisée. Mais dans la finance le risque est plus grand du fait de la position centrale du système. Et surtout dans le cas des marchés financiers, car les mouvements économiques y prennent un caractère particulièrement abstrait, tout en portant sur des masses d’argent énormes, propices à des profits considérables.

Deuxième niveau de responsabilité : les préférences collectives et le Bien commun

L’autre niveau, moins souvent mis en avant, porte sur le résultat du processus de marché lui-même : trop souvent, en milieu chrétien ou plus largement parmi les personnes à souci éthique, on raisonne comme si les marchés n’avaient qu’une fonction technique indépendante des priorités et hiérarchies des acteurs. Curieusement, ce faisant on reprend l’idée reçue, l’enseignement des manuels d’économie politique. Il apparaît au contraire que la confrontation des préférences que constitue le marché donnera un résultat différent si ces préférences sont différentes. En d’autres termes, des marchés animés par des acteurs recherchant un certain bien ou au minimum s’imposant des contraintes différentes de celles que nous connaissons, ou se donnant d’autres objectifs sans pour autant s’opposer aux lois économiques quand il y en a, donneront des résultats différents de celui de marchés animés par des acteurs ne recherchant que leur profit au sens matériel immédiat. Et ce n’est pas une simple différence de court terme et de long terme, de respect des règles ou de tricherie : c’est une affaire de priorités personnelles et collectives. Vrai pour tout agent économique, cette affirmation l’est a fortiori pour des financiers dont la tâche est la confrontation de l’ensemble des projets économiques en vue de leur financement, ce qui est un rôle de vraie plaque tournante de l’économie. C’est notamment pour cela que la question des fonds dits éthiques et plus particulièrement le fait que les investisseurs financiers ultimes se préoccupent de règles et références autres que le résultat immédiat est un enjeu très important. D’autant que sur ce plan en un sens nous sommes presque tous des financiers, car nous détenons quasiment tous de l’épargne et son orientation envoie un message fort au système économique. Même si la responsabilité des professionnels de la finance est première.

Le rôle de la finance, reflet de nos valeurs dominantes

C’est que, en définitive, la finance n’est pas une excroissance par rapport au reste de l’économie de marché et notamment pas dans une direction moins morale. Certes la recherche du profit, donc potentiellement le culte exclusif de l’argent est le critère central d’allocation des ressources. Mais c’est au cœur même de l’économie libérale. Certes les fluctuations sont fortes. Mais c’est logique pour des collectifs humains soumis aux phénomènes de foules et de mode dans une économie en pleine mutation, qui prend en charge l’intégration progressive de systèmes économiques extrêmement dissemblables. Certes les mesures correctives de type social-démocrate sont battues en brèche. Mais outre qu’on peut disputer de leur pertinence, elles correspondaient à un état du monde spécifique et dépassé par le processus de rapprochement des économies appelé mondialisation. Certes il est choquant de voir des profits démesurés pour une activité non liée visiblement à la production matérielle. Mais cela a toujours été vrai du commerce ; c’est pour cela que les marxistes le considéraient non productif : or on a vu ce que donnait une économie qui ne reconnaissait pas le rôle du commerce. En définitive, tout marché est un lieu d’échange, où les valeurs découlent directement de la confrontation des appréciations personnelles. Il est alors clair que l’absence de morale collective explicite, qui caractérise nos sociétés, aboutit à faire régner la loi des volontés particulières, arbitrées par le marché exprimé en termes monétaires ; et sur le plan des capitaux, par le marché financier. En d’autres termes, c’est la logique libérale, au sens philosophique, de nos sociétés, qui met la finance telle qu’elle existe au centre de leur vie collective. Il y a donc bien quelque chose de malsain ; mais ce n’est pas principalement dans l’outil financier en soi, c’est dans le rôle qu’il joue inévitablement dans une société qui n’a pas de critère de choix, parce qu’elle ne reconnaît pas de norme morale, et qui se fait arbitrer par le profit immédiat.

Le problème central que pose notre système économique, n’est donc pas seulement le fonctionnement même des circuits de l’argent, mais le système de valeur collectif. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas à réfléchir à la canalisation des marchés, à leur régulation intelligente, bien au contraire ; et ils en ont le plus grand besoin. Mais cela ne fait que rationaliser l’existant. Or la question est plus profonde ; elle est morale et même spirituelle. Si la Doctrine sociale de l’Eglise diffère du libéralisme ambiant, ainsi d’ailleurs que des conceptions socialistes ou sociale-démocrates, c’est sur ce plan : en fait c’est toute la conception de l’homme et de la société qui est différente. De même qu’on a les politiciens qu’on mérite (ou dont on s’accommode) on a la finance qui résulte de nos valeurs collectives réelles, ou celle qui prospère en leur absence…

Avril 2009

(Publié initialement dans Liberté politique)














































pierredelauzun.com © Tous droits réservés
Besoin de réaliser votre site internet ? - Conception & réalisation du site : WIFIGENIE.NET