Derniers commentaires


FINANCE



  • Mettre les marchés financiers au service du Bien commun

    Publié le dimanche 16 juin 2013

    Question urgente évidemment. Comment mettre les marchés financiers plus au service du Bien commun ?

    J’ai abordé ce sujet sous forme de questions dans une intervention au colloque organisé par le Conseil pontifical Justice et Paix le 13 mai 2013 sur Banque, Finance et Bien commun. Dans la perspective de la Doctrine sociale de l’Eglise, qui se révèle une fois de plus bien éclairante.

    Texte de l’intervention… (Attention il est en anglais).



  • Ce n’est pas aux contribuables de payer les faillites de banques. Les leçons de Chypre

    Publié le vendredi 29 mars 2013

    La crise chypriote est un véritable cas d’école. D’abord de ce qu’il ne fallait pas faire avec la délirante taxation des dépôts de moins de 100.000 €. Ou comment susciter rancunes et inquiétudes sans apporter la moindre solution viable !

    Puis après une semaine de psychodrame, le coming-out de l’Europe. Eh oui, les créanciers doivent payer pour les banques en faillite, et pas seulement les contribuables. Et toute la médiasphère de s’indigner. A tort cette fois, et sans en tirer les leçons.

    Suite...




  • Bonus et salaires dans la finance : où est la justice ?

    Publié le mercredi 20 mars 2013

    L’Europe vient de décider de frapper un supposé grand coup contre les rémunérations excessives dans la finance : un ratio de 1 pour 1 entre la partie fixe du salaire et la partie variable (les fameux bonus). Les média applaudissent.

    Curieuse victoire, qui ne plafonne pas les rémunérations contrairement à ce qui est dit, mais pousse les banques à augmenter les salaires fixes si elles veulent continuer à payer grassement leurs traders. Alors qu’il faudrait faire à peu près le contraire : rendre la partie variable encore plus variable, pour qu’elle soit solidaire des résultats de l’activité sur la longue durée, y compris des risques et pertes.

    On reste donc dans l’amateurisme, alors que la question des bonus et des rémunérations en général mérite un vrai examen.

    Quelques idées pour éclairer ce débat…



  • Paradis fiscaux : une hypocrisie bien commode

    Publié le mardi 5 mars 2013

    Les paradis fiscaux sont des boucs émissaires bien commodes. D’autant plus commodes qu’on ne prend pas les mesures qui permettraient leur disparition. Au-delà de l’image médiatique d’îles tropicales pour exilés fiscaux et entreprises non citoyennes, ce qui frappe c’est l’hypocrisie dont font preuve les Etats qui prétendent les dénoncer.

    La dernière mesure du Parlement français puis de l’européen en témoigne. On demande une transparence généralisée des banques sur leur activité dans tous les pays, en espérant que la pression médiatique les régulera.

    Mais si on recourt à la pression médiatique c’est qu’on est incapable de faire la liste de ces juridictions de complaisance et d’en tirer les conséquences. Or elles n’existent et ne prospèrent que parce que nos Etats et organisations internationales veulent bien les reconnaître.

    Suite…




  • La séparation des banques - ou l’art des mauvaises pistes

    Publié le mardi 22 janvier 2013

    Partout les idées fusent sur la séparation des banques. Le parlement français débat d’un projet gouvernemental, immédiatement critiqué de toute part. L’idée qui domine est que ce gouvernement est timoré et a cédé devant la pression des banques, alors qu’il faudrait aller beaucoup plus loin dans la découpe.

    Le débat est légitime. Encore faut-il éviter les idées fausses et se concentrer sur ce qui importe vraiment. Ce qui apparaît alors est que les vraies réformes de la finance sont ailleurs. Notamment la réforme des marchés eux-mêmes.

    Suite...

    (Version enrichie le 12 février)



  • Lune de miel entre les marchés et la France ?

    Publié le mardi 20 novembre 2012

    En baisse constante dans les sondages, François Hollande est aujourd’hui attaqué de toute part … sauf par les marchés financiers – ceux qu’il avait désignés comme son ennemi. Quel paradoxe !

    La France n’a jamais emprunté à des taux aussi bas peut-être de toute son histoire. La baisse de notation -Moody’s maintenant - n’y change rien.

    Bonne nouvelle me direz-vous. Eh bien non. Car une situation aussi irrationnelle, en pleine crise de dette dans la zone euro, est nécessairement la traduction d’un dysfonctionnement grave, lourd de menaces à terme. Y compris pour les finances publiques du fait du poids de la dette publique sur le budget.

    Sachons profiter du répit qui nous est ainsi offert, et rapidement : sur les marchés comme en montagne, la météo peut évoluer très rapidement sans signe précurseur, et la lune de miel devenir beaucoup, beaucoup moins romantique.

    Suite...




  • Nouvelle moisson de scandales financiers : tirer les vraies leçons.

    Publié le mardi 17 juillet 2012

    Deux nouvelles affaires (le Libor et JP Morgan) viennent de jeter un jour cru sur l’irresponsabilité ordinaire d’une partie du monde de la finance. Des affaires réellement énormes, choquantes.

    Encore faut-il en tirer les bonnes leçons. Loin de mettre en question le principe même du marché, elles nous rappellent ce qu’est un vrai marché : les règles à respecter pour qu’un marché soit un vrai marché, honnête et utile, moralement et techniquement. Lire la suite... Voir là-dessus ma participation au débat "Bankster : banquier ou gangster ?" à C dans l’air jeudi 19 juillet 2012 sur la 5 - à 17 h 45 ou 22h 25 - Lien ci-après pour visionner.



  • Crise de la zone euro : dix ans d’efforts camarades

    Publié le samedi 30 juin 2012

    La crise de la zone euro ne cesse de s’aggraver et sauf à très court terme le récent sommet ne modifiera pas ce triste constat. Ce qui est indiscutable, c’est le besoin d’un programme qui soit clair, tant aux peuples qu’aux marchés. Mais ce programme doit être crédible sur la durée et donc se baser sur la réalité de la zone euro. Celle-ci est rarement reconnue lucidement.

    Dans un contexte comme celui-là un pays qui a besoin de s’ajuster ne peut ni dévaluer, ni noyer ses dettes dans l’inflation. Même si le reste de la zone l’aide ou si on tente ici ou là de soutenir l’activité, ce qu’il connaît inévitablement, ce sont les joies amères de la contraction, d’une forme d’austérité, au mieux de la stagnation – le temps nécessaire au rééquilibrage.

    Dix ans d’efforts assez durs sans doute. Autant alors l’assumer franchement.

    Suite...




  • Crise de la dette : le laboratoire grec ou la descente aux enfers

    Publié le mercredi 30 mai 2012

    Les évènements de Grèce retiennent l’attention des investisseurs de la planète. Sortie ou pas sortie, tout montre que nous allons au devant d’évènements dont la portée dépasse largement l’enjeu de ce pays. De l’inédit en perspective... dans la douleur.

    Suite...



  • Une irresponsabilité monétaire et financière

    Publié le lundi 2 avril 2012

    A l’occasion des crises, on constate le degré étonnant d’irresponsabilité de notre système collectif. Lire la suite...

    Voir l’enregistrement vidéo d’une interview sur ce sujet.

    Intervention au Colloque Association des Economistes catholiques/Fondation de Service politique du 11 février 2012 (résumé).



0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60












































pierredelauzun.com © Tous droits réservés
Besoin de réaliser votre site internet ? - Conception & réalisation du site : WIFIGENIE.NET