Derniers commentaires


Accueil > FINANCE > Monnaie impressionniste

Monnaie impressionniste


samedi 8 janvier 2022









Envoyer à un ami - Imprimer


Les joies de la création monétaire, ou la politique du ‘pourvu que ça dure’

1/ Depuis plus de dix ans, la banque centrale européenne a lancé une politique de Quantitative easing pour endiguer la crise financière de 2008 puis celle des dettes souveraines de 2010. Pourquoi ?

Réagir à une crise comme en 2008 et en 20210 est une chose, poursuivre cette politique indéfiniment on l’a fait depuis en est une autre. Dans le premier cas on calme la panique sur les marchés, et on s’arrête aussitôt le calme rétabli. Dans le deuxième, c’est une politique structurelle. Or, en l’espèce, elle est sans précédent historique. On la justifie en disant qu’il s’agit d’éviter la déflation, considérée comme un mal sans remède. Il y a du vrai là-dedans ; en effet avec la déflation (baisse durable des prix), la monnaie s’apprécie avec le temps : c’est une incitation à tous pour thésauriser et ne pas dépenser, puisque l’argent liquide s’apprécie tout seul. De plus les banques centrales sont alors impuissantes, car elles agissent en jouant sur les taux d’intérêts : or en déflation ils tombent à zéro et y restent, et elles ne peuvent rien y faire sauf à ponctionner les comptes des gens, ce qui est politiquement impraticable. En outre bien sûr à côté de la lutte contre la déflation cette politique permet de lisser les récessions et par là aide les gouvernements en place. Curieusement donc ces banques centrales supposées indépendantes se révèlent bien commodes pour les Etats. Ce qui est à rapprocher avec le fait que depuis 1973 les monnaies sont purement conventionnelles, sans lien avec l’or ou quoi que ce soit. Pendant tout un temps d’abord les banques centrales ont été rigidement attachées à la lutte contre l’inflation. Mais du fait des crises, elles ont maintenant pris goût à des politiques beaucoup plus populaires… alors même que nous ne sommes pas en déflation.

2/ Quel peut être l’impact d’une telle réponse sur le long terme ? Va-t-on vers un retour de l’inflation et une dévaluation du pouvoir d’achat de notre monnaie ? Quels sont les dangers d’une telle politique ? Peut-il y avoir un risque inverse de déflation ?

Faire remonter l’inflation est un but affiché de la BCE : elle vise 2 % et voudrait s’en tenir là ; mais jusqu’à maintenant elle a eu du mal à y arriver. Cela fait en effet dix ans qu’elle injecte de la monnaie à dose forte et l’inflation est restée basse. Elle juge la remontée actuelle des prix non durable (sortie de la crise Covid). Peut-on continuer longtemps cette politique ? Dans tous les exemples historiques de création monétaire massive par la banque centrale, il y a eu inflation et souvent hyperinflation. Le risque est donc bien réel. Or une vraie inflation est ruineuse pour tous ceux qui ne bénéficient pas d’un rapport de force leur permettant de préserver leur pouvoir d’achat (retraités, épargnants, salariés faibles) ; en outre elle rend tous les calculs sur l’avenir hasardeux. Le seul gagnant véritable en cas d’inflation est celui qui a emprunté à taux fixe et qui voit alors la valeur réelle de ses dettes baisser : en premier lieu, l’Etat. Sauf que dans un deuxième temps, lui aussi est touché s’il continue à emprunter, puisque les taux d’intérêts s’envolent. Pourtant nous n’avons pas eu, ou pas encore, une telle inflation : c’est que la période est très particulière, notamment du fait de la mondialisation qui écrase les prix, de la faiblesse syndicale et de l’abondance de l’épargne mondiale. La monnaie ainsi créée a dès lors giclé ailleurs, dans une inflation des actifs (actions en bourse, immobilier) et donc dans des bulles. Ou elle a été thésaurisée. Et donc BCE et gouvernements profitent d’une situation tout à fait particulière pour s’affranchir des règles de long terme. Comme disait Laetitia Bonaparte : pourvu que ça dure ! Sauf que comme on dit sur les marchés les arbres ne montent pas jusqu’au ciel.

3/ Plus que jamais, la possession de liquidités ou d’épargne sur un compte bancaire apparaît risquée dans un environnement économique mondial devenu incertain. Quel est l’image du bon père de famille du XXIe siècle ? Est-ce celui qui investit dans l’économie réelle, dans l’immobilier ? Comment se prémunir du phénomène des bulles spéculatives ?

Le « bon père de famille » vise deux buts : faire fructifier ses actifs ou au moins les protéger, et investir dans l’économie de façon utile à la communauté. Pas facile dans un tel environnement. Comme il y a bulle, tous les actifs sont chers, donc avec un fort risque de baisse. Le pire étant les obligations et par là l’assurance vie. L’avantage des actions (bourse) est que sur le long terme, c’est le meilleur placement, le plus sûr même. En outre c’est investir dans l’avenir, et contribuer au contrôle des entreprises. Mais dans l’intervalle leur valeur fluctue. Si donc on achète un peu haut et que le marché connaît ensuite une période prolongée de baisse, il faut pouvoir attendre ; dans le passé cela a pu durer des dizaines d’années, même si c’est corrigé ensuite. L’immobilier qu’on occupe soi-même a un gros avantage ; on l’habite, et donc il nous sert même si son prix baisse. L’immobilier locatif lui est très taxé et pas toujours très rentable. Et l’immobilier commercial fluctue, un peu comme les actions. Quant aux bulles spéculatives, sauf à être très malin, la parade est de se tenir à l’écart si on pense que les cours sont vraiment trop hauts, et sinon et surtout, investir sur la longue durée, en achetant régulièrement et donc en moyennant. 4/ La pandémie a-t-elle accéléré le déclassement économique de l’Europe par rapport au reste du monde, notamment la Chine et l’Asie du Sud-Est ? Comment remédier à ce qui apparaît comme une impossibilité, pour les pays européens, de conserver une avancée technologique en termes d’innovation ? Quelles seraient les réformes structurelles à opérer ?

Le recul de l’Europe par rapport à l’Asie est continu depuis 40 ans, et la pandémie l’a encore mis en évidence. Les Etats-Unis sont entre les deux : ils ont notamment sur nous l’avantage de leur puissance dans les technologies avancées et les grands réseaux type GAFAM.  Deux types d’actions seraient nécessaires : d’un côté, mettre au point une forme intelligente d’insertion dans la mondialisation, sans naïveté et idéologie libre-échangiste à l’européenne : on ne peut pas et doit pas se replier, mais pas non plus être naïf. Il faut autant que possible garder le contrôle de ses entreprises et de ses technologies, et sanctionner la concurrence lorsqu’elle est déloyale ou nocive pour des secteurs clefs de notre économie. Ce qui suppose d’être souverain. Et d’un autre côté, jouer à fond la technologie. Y compris d’ailleurs pour des motifs écologiques, car on ne s’en sortira pas par la seule sobriété, même si elle est désirable et nécessaire. A cela s’ajoute la remise en ordre des dépenses publiques : il faut de telles dépenses, et parfois il les faudrait même plus élevées qu’aujourd’hui (dans le régalien : armée, police, justice). Mais globalement il faut sortir des déficits qui accumulent une dette intenable à long terme et source de dépendance. Un bon exemple de ces redéploiements est l’éducation, où on peut et doit faire mieux avec moins. Et il faudrait concentrer la solidarité sur les besoins urgents, en l’orientant vers la réinsertion des personnes. Mais tout cela vaut dire qu’il y aura bien des mécontents par rapport à la situation actuelle. Et donc cela ne prend son sens que dans le cadre d’un grand mouvement patriotique. Ou d’une vraie crise - et sans doute des deux.

Interview parue dans L’Incorrect N° 49, janvier 2022.














































pierredelauzun.com © Tous droits réservés
Besoin de réaliser votre site internet ? - Conception & réalisation du site : WIFIGENIE.NET