Derniers commentaires


FINANCE



  • La finance peut-elle être au service de l’homme ?

    Publié le mardi 19 mai 2015

    Tel est le titre de mon avant-dernier livre, paru le 29 mai 2015.

    Les cyniques diront que s’il arrive que la finance serve l’homme, c’est involontairement. L’image de la finance est celle d’organismes froids, uniquement motivés par l’argent. Et la crise de 2008 a jeté un coup de projecteur violent sur des pratiques contestables et collectivement nuisibles. Est-ce toute la réalité de la finance ? Est-ce fatal ?

    La finance a un rôle central dans nos économies. Elle sert donc à quelque chose. Une finance au service de l’homme, et non pas centrée sur elle-même, serait évidemment un idéal. il faut donc travailler dans ce sens. Mais peut-on avoir une finance orientée dans le bon sens dans une société qui elle-même ne reconnaîtrait pas de vraies valeurs ? Et que signifie être au service de l’homme, sinon avoir une certaine conception du bien, et donc une forme de morale ou d’éthique ? Ethique et finance : c’est par là qu’il faut commencer l’examen.

    On passera ensuite à des questions plus pratiques sur la banque et les marchés financiers ; sans oublier la finance publique, et même le rôle du don. On verra alors que régulation des marchés et éthique personnelle sont toutes deux nécessaires pour mettre la finance au service de l’homme.

    Suite, bonnes feuilles et table des matières...

    Médaille de bronze (mention d’honneur) du Prix Turgot du meilleur livre d’économie financière 2016.

    Interview sur ce sujet sur Radio-courtoisie avec Hugues Sérapion le samedi 1er août de 12h00 à 13h30, rediffusée dans l’après-midi de 16 heures à 17h30, et dans la nuit de minuit à 1h30. Voir aussi ma participation à l’émission "Grain à moudre" sur France Culture jeudi 4 juin à 18 h 20.

    Lire http://www.revue-projet.com/comptes... http://www.franceculture.fr/emissio...



  • Placement éthique : les critères officiels ne suffisent pas

    Publié le vendredi 8 mai 2015

    Ce qu’on appelle dans le jargon ‘investissement socialement responsable’ (ISR) devrait être un enjeu majeur. Investir, c’est financer l’économie de demain. Bien choisir ses investissements, c’est envoyer aux entreprises les signaux sur ce qu’on estime prioritaire pour façonner l’économie et la société de demain. L’investisseur responsable, c’est celui qui a compris ce rôle collectif de l’investissement, et la responsabilité que cela implique. Tout investissement devrait être socialement responsable.

    Mais l’ISR officiel est bien étriqué, réduit qu’il est à l’environnement, au social et à la gouvernance. Ce qui est bien mais très insuffisant pour celui qui regarde la vie économique avec des exigences fortes ; et notamment le chrétien. Il faut donc aller au-delà. Et donc en pratique c’est une gamme large de critères qu’il faut développer, et poser aux entreprises comme étalon de mesure, en sus des critères financiers usuels. Esquissons-les rapidement.

    Suite…




  • Paradis fiscaux et justice fiscale

    Publié le dimanche 29 mars 2015

    L’impôt peut-il être dit juste, dès lors que le système politique et fiscal à l’échelle mondiale tolère des paradis fiscaux, abondamment utilisés par les sociétés et les très gros revenus ? La question doit être posée, car on assiste à de vrais scandales. En même temps la réponse n’est pas toujours simple.

    Retour sur une question toujours d’actualité.

    Suite...



  • Crise grecque : où est la morale ?

    Publié le jeudi 19 février 2015

    La situation désastreuse de la Grèce est inédite sur la scène européenne. Le nouveau gouvernement Tsípras a un mérite : poser en termes tranchés le dilemme de la Grèce. Et un défaut : ne pas admettre l’ampleur des efforts à fournir.

    La dette est due...mais il faut la remettre pour l’essentiel.

    La Grèce a subi un choc sans précédent...mais il faut poursuivre les réformes.

    Voyons de plus près ce qu’il en est, sous l’angle à la fois de la réalité et de la morale.

    Suite...




  • Pour conjurer la déflation en Europe, la planche à billet de la BCE ?

    Publié le mercredi 24 décembre 2014

    Le thème de la déflation domine de plus en plus la scène européenne. On en parle comme d’une menace sourde et rampante, difficile à contrer. Son influence nous recouvrirait petit à petit comme une mort progressive, une forme de léthargie. Paradoxalement, en face, l’inflation longtemps honnie se pare alors de toutes les vertus, comme un lubrifiant au fond salubre malgré ses bavures et dangers.

    On en déduit alors que tous les moyens sont bons pour juguler cette menace : planche à billet, déficits sans contrôles, émission incontrôlées de titres etc. Le salut par une forme de drogue ? Beaucoup sont tentés.

    Ce qui conduit à se demander si le problème est bien posé. S’agit-il de doser des dopages, ou de construire un avenir ? Ni la déflation ni l’inflation ne sont des solutions. Le malthusianisme de l’une tue. Mais les paradis artificiels de l’autre aussi. Il est inévitable que nous traversions une période d’ajustement, de remise en ordre après les années d’excès que la crise a mis en évidence. Ce qui importe au-delà c’est de préparer l’avenir collectif, sur des bases saines, avec des repères clairs. Une monnaie fiable est de ceux-là, même si ce n’est qu’un élément parmi bien d’autres.

    Suite…



  • Responsabilité sociale du propriétaire

    Publié le dimanche 7 décembre 2014

    Une intervention à l’association mondiale du patronat chrétien (Uniapac) le vendredi 5 décembre 2014.

    Dans une économie décentralisée, la seule humaine et la seule efficace, la responsabilité essentielle est celle de ceux qui sont en charge de décider de l’usage des biens, ce qui en bon français s’appelle des propriétaires. C’est à eux qu’il incombe de décider quel usage en faire, et notamment à user de leurs biens en vue du Bien commun. A eux et à leurs délégués, les dirigeants d’entreprises. Et ceci reste vrai quelle que soit la structure d’entreprise choisie, société anonyme, mutualisme, etc.

    Reste ensuite à déterminer l’interaction optimale de ces décisions, ce qui est ce qu’on appelle le marché financier…

    Suite…

    Attention le texte est en anglais.

    Voir aussi, en français

    Sur KTO, vidéo avec l’Académie catholique : Ethique chrétienne et placements financiers https://www.youtube.com/watch?v=4aE...




  • Le gel des ovocytes comme outil de gestion

    Publié le lundi 10 novembre 2014

    Quand la compétition à mort dans l’entreprise rend impossible une vie personnelle et familiale.

    Plusieurs entreprises américaines de premier plan (Apple et Facebook tout récemment) paient à leurs salariées la congélation d’ovocytes. C’est censé leur permettre de différer leur maternité et dans l’intervalle de se donner à fond à leur carrière. C’est bien sûr aberrant sur le plan des mœurs. Mais plus encore par ce que cela dit de ces entreprises.

    Car si ces femmes et leur entreprise jugent ce report désirable, c’est qu’elles pensent que mener à bien une grossesse et s’occuper d’un bébé est incompatible avec la vie professionnelle qu’on mène dans ces organisations. Cela en dit très long sur cette étrange vie : une frénésie compétitive qui fait du collaborateur ou de la collaboratrice un être entièrement et exclusivement obsédé par son travail. Ce qui est humainement aberrant. Comment sommes-nous tombés si bas ?

    Suite…



  • Que faire de la Bourse de Paris ?

    Publié le lundi 16 décembre 2013

    Le rachat de notre Bourse Euronext par la plateforme américaine ICE, qui a annoncé son intention de céder la partie européenne de l’activité, conduit à poser la question de l’utilité de la Bourse et de son contrôle national.

    Alors qu’ils sont en général indifférents à l’avenir de la Place de Paris, nos politiques s’en émeuvent. Tant mieux en un sens. Faut–il donc se mobiliser ?

    Et surtout, plus que la Bourse, l’enjeu n’est-il pas la Place dans son ensemble ?

    Suite…




  • Investir dans les actions : priorité collective, devoir moral

    Publié le mercredi 20 novembre 2013

    Les Français se détournent des actions, toutes les enquêtes le montrent. Pire, nous n’avons plus en France d’acheteur naturel d’actions. Résultat : nos entreprises sont de plus en plus contrôlées par les investisseurs étrangers. Quant aux moins grandes, elles ont du mal à trouver des fonds propres sur le marché. Cette situation est grave pour notre avenir.

    Pourtant investir en actions, est à la fois le meilleur ’investissement et le plus moral, celui qui présente le moins de risque collectif sur la durée, et celui qui vise seul le vrai long terme. Si c’est fait sainement bien sûr…

    En outre le seul moyen pour réaliser ce placement sur large échelle c’est un marché financier, une vraie Bourse. Si elle est bien organisée…

    Cela n’excuse donc pas certaines turpitudes et dérives de la finance actuelle. Mais cela situe la question : organiser un placement collectif en actions dans des conditions saines est une priorité collective majeure. Urgent en France.

    Suite...



  • Crise financière : ce qu’il reste à faire

    Publié le samedi 28 septembre 2013

    Question majeure : au-delà de la technique, où en est-on ? D’un point de vue chrétien, si beaucoup a été fait, plusieurs questions essentielles restent ouvertes. Notamment une réflexion en profondeur sur ce que sont et doivent être les marchés et le financement de l’économie, sur le rôle de la dette et ses dangers, et sur la nécessité d’un financement nettement plus assuré en fonds propres par des investisseurs intégrant une vision large de leurs responsabilités et de leurs objectifs.

    L’intervention ci-après est une communication au colloque organisé à Rome par la Fondation Centesimus annus les 27 et 28 septembre 2013.

    Attention elle est en anglais.



0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60














































pierredelauzun.com © Tous droits réservés
Besoin de réaliser votre site internet ? - Conception & réalisation du site : WIFIGENIE.NET